19 avril 2011

Du contraste entre deux époques

Je suis dans le Département des Fonds patrimoniaux (Abteilung Historische Sammlungen) pour la deuxième partie de mon stage. En parcourant les magasins des documents rares et précieux (Rara) je me suis aperçue que certains ouvrages avaient une gommette rouge. La bibliothécaire qui m’accompagnait m’a signalé qu’il s’agissait des ouvrages qui, à l’époque de la RDA (”zu DDR-Zeiten” en allemand: on entend beaucoup cette expression, encore aujourd’hui, dans l’ancien Berlin Est), provenaient de l’Abteilung für spezielle Forschungsliteratur (section des fonds de recherche spéciaux): c’étaient les documents susceptibles d’être nocifs et qui n’étaient pas à mettre dans toutes les mains. Il s’agissait par exemple d’ouvrages “osés” (on en rirait aujourd’hui), ou bien des documents publiés sous le IIIe Reich et qui auraient pu influencer le lecteur. Les usagers de la bibliothèque devaient donc demander une autorisation spéciale pour ce genre de documents.

Aujourd’hui, nous ne sommes plus aux “DDR-Zeiten”, les temps ont changé. En 2004, le département du patrimoine a repris le fonds Hirschfeld-Haeberle consacré à la sexologie, qui s'appelait à l'époque le Magnus-Hirschfeld-Archiv. Ce fonds a été créé par le Pr. Erwin Haeberle en 1994. Il est constitué de la propre bibliothèque du professeur, que celui-ci continue d'enrichir en donnant de nouveaux documents à la BU Humboldt, ainsi que des ouvrages, des documents originaux, des photographies provenant de chercheurs qui ont contribué au développement de la discipline, tels Magnus Hirschfeld, Iwan Bloch, Max Marcuse...
Ce qui est assez particulier, c’est que le fonds se compose également de la bibliothèque de l’Association nationale de sado-masochisme ( Archiv der Bundesvereinigung für Sadomasochismus - BVSM), où l’on trouve des romans, des documents et des magazines sur le sujet. La bibliothécaire responsable du traitement du fonds m’a avoué qu'elle n'en pouvait plus à la fin de la journé lorsqu'elle devait traiter le fonds de cette association. Il est vrai que le catalogage, on en a assez à la fin… Et les descripteurs doivent être assez difficiles à trouver pour ce genre de littérature.
On doit recevoir toutefois une autorisation spéciale pour consulter ce fonds et, évidemment, être âgé de plus de 18 ans.

Le contraste est assez saisissant, au sein d'une une même bibliothèque, à des époques finalement peu éloignées l’une de l’autre, sur la façon dont on appréhende des fonds.

Cécile Poirot

Aucun commentaire:

Publier un commentaire